En français In English

Après cinq ans d’études en hôtellerie restauration et quatre ans aux Etats Unis, Hugo change radicalement de voie en 2008. Il étudie l’art dramatique à Los Angeles avec Bernard Hiller puis vient à Paris sous la direction d’Irène de Crozefon et Elise McLeod en passant par les cours Florent.

Il débute au théâtre avec plusieurs rôles dans Richard III m.e.s de Julien Kosellek, puis est un hyperactif dans Cet été là à Socoa au Théâtre de l’Essaïon m.e.s par Clément Rouault. En 2011 il crée la compagnie Jackalope et monte 13 Objets d’Howard Barker et Bim Bam Boom, d’après trois pièces courtes d’Israël Horovitz au Théâtre le Proscenium.

En 2012, il participe et est finaliste au Concours Jeunes Metteurs en Scène du Théâtre 13 et remporte la ‘Mention Spéciale du Jury’ pour sa m.e.s d’Un Siècle d’Industrie de Marc Dugowson ; spectacle repris au Théâtre de l’Opprimé et en cours d’adaptation pour l’écran.

En 2013, il revient en finale au même concours en tant que journaliste de guerre dans Hôtel Palestine de Falk Richter m.e.s par Fabio Godhino – sur l’invasion des américains en Irak.

En 2014, il joue un inspecteur pendant l’Indochine dans une mise en lecture au Théâtre de Poche-Montparnasse dans Le Bar de l’Oriental de Jean-Marie Rouart de l’Académie Française dirigé par Matthieu Moerlen.

Il dirige la mise en lecture dans le cadre des Mardi Midi au Théâtre 13 du Labyrinthe Mental de Jean Renault, pièce sur la torture psychique et physique et joue un procureur de la république dans Les Draps de Morphée m.e.s par Cédric Chapuis, en tournée.

En partenariat avec le Théâtre de l’Odéon-Théâtre de l’Europe et le festival international de Théâtre de Sibiu, il part un mois en Roumanie pour participer à la création, l’écriture et jouer dans Sibiu, une plaie non encore guérie mise en scène par Vlad Massaci.

A l’écran Hugo Malpeyre apparaît d’abord à la télévision dans Un Village Français, Fais Pas Ci Fait Pas Ça, Sketch sur Canal +(Omar & Fred) . Au cinéma en 2015 en dealer dans Tout Est Faux de Jean Marie Villeneuve et un chrétien converti à l’islam dans l’Apôtre de Cheyenne Carron.

Il réalise en 2015 son premier court métrage, Encore là, traitant de la perte de mémoire.

Il sait jouer du tuba, concocter les crêpes façon Suzette, et chante faux.



News


 
Fier d'être dans l'Apôtre de Chéyenne Carron - rôle Saïd - convertis, musulman

LA PRESSE EN PARLE

 

Le Monde Le film s'offre tel qu'il est, tout simple dans sa forme, mais si vrai et finalement si beau dans ce qu'il montre de l'homme qu'on se prend à espérer.

Le Parisien Loin de vouloir faire de son long-métrage un « choc des civilisations », la réalisatrice délivre un message de tolérance, sans tomber dans le prêche d'une grenouille de bénitier. 

La Croix Malgré un manque de moyens qui affecte la réalisation, Cheyenne Carron signe un film sensible et courageux sur la conversion d’un jeune musulman au catholicisme. 

 

 

Les Fiches du Cinéma D'un sujet aussi intéressant que délicat, Cheyenne Carron tire un film un peu maladroit, mais fort et sensible.

 

 

Première Cheyenne Carron évite tout manichéisme et veille à ce qu'une idée soit toujours confrontée à son antithèse.

 

Critikat.com Si la réalisatrice reconnaît que son expérience personnelle a fortement imprégné le parcours de ses personnages, on reste très dubitatif face aux lieux communs que le récit ne cesse d’égrainer.



 
notre film TOUT EST FAUX actuellement au CINEMA

LA PRESSE EN PARLE

POSITIF Un film fauché ne débouche pas forcément sur un film de petite envergure. La preuve en est donnée avec "Tout est faux"

LE MONDE Certes, le film ne va pas sans défauts, mais le programme est beau.

TELERAMA (...) ce film sauvage exprime parfois maladroitement un rejet de la société et de l'action politique. (...) Jean-Marie Villeneuve, devient émouvant quand il nous parle de réconciliation par la grâce de l'amour.

LES FICHES DU CINEMA Ce drame, aux allures tantôt de documentaire, tantôt de film expérimental, surprend par la sincérité et la véracité de son propos.

ECRAN LARGE Un cinéma toujours plus vibrant et désireux de se frayer un chemin jusqu'au public.

TRANSFUGE Villeneuve est d'abord paré d'un oeil précis, vif et bienveillant qui capte (amoureusement) la moindre aspérité des visages de ses magnifiques comédiens, comme observés à la loupe.

CRITIKAT Nul ne doute qu’au travers de ce film, le réalisateur Jean-Marie Villeneuve formule un désir de cinéma qui se conjugue parfaitement avec un désir de vie et d’implication dans le réel.

A VOIR A LIRE Tour de force désargenté, Tout est faux fascine tant par son opiniâtreté que son désespoir.



 

Agent


 
Gwenaëlle BAÏD
Agence Gwenaëlle Baïd
Tél. 01 43 55 61 79
gwenaellebaid@yahoo.fr
 
 

Contact


 

 Paris
France
 
 
Gwenaëlle BAÏD
(Agence Gwenaëlle Baïd)

4, cité griset
75011 Paris France
Tél. 01 43 55 61 79 • Fax : 01 42 39 11 64
Email : gwenaellebaid@yahoo.fr
Site référencé sur Agence artistiques
Site administré par Wistal
@2009 - CC Communication CC.Communication